• Chroniques d'un employé modèle

    Madame Leray est Directrice des Ressources Humaines. C'est une femme belle, distinguée, élégante et toujours tirée à quatre épingle. C'est aussi une nymphomane assumée pour laquelle conscience professionnelle et perversion sexuelle vont de paire. Madame Leray aurait pu être un fantasme. Elle est ma patronne.

    Chapitre 1 * Chapitre 2 * Chapitre 3   * Chapitre 4 * Chapitre 5

    Tableau Chroniques

  • HistoireIl est 8h45, j'ai rendez-vous à 9h00. Je suis largement à l'heure.

    Je me gare sur le parking de cette petite tour de bureaux de la banlieue parisienne où je dois passer mon dernier entretien, celui qui validera mon embauche. Madame Géraldine Leray, Chef de Département m'attend. Je réajuste mon nœud de cravate et je franchis la porte d'entrée. Face à moi, le comptoir d'accueil trône entre deux rangées de portillons qui ouvrent sur les cages d'ascenseur, pour peu que l'on ait le badge qui permet de les franchir. Les trois hôtesses sont de jolies femmes que je trouve particulièrement élégantes dans leur tailleur bleu marine. Ajoutez à cela le charmant sourire qui accompagne les instructions qui me sont données, et me voilà momentanément un peu moins tendu. "Voici votre badge, c'est au septième étage. Vous récupérerez votre pièce d'identité en sortant. Bonne journée".

    Les portes s'ouvrent, j'entre dans la cabine et appuie sur le 7.Chroniques d'un employé modèle (1) A la façon d'un compte à rebours, les étages vont maintenant défiler. Les battements de mon cœur recommencent à s'accélérer, le moment fatidique approche. Un arrêt au premier étage suspend cependant le temps pour laisser entrer une charmante passagère. Plutôt grande, blonde aux cheveux longs attachés en queue de cheval. Tailleur jupe gris, talons assortis, et chemisier blanc. Sa mise classique et son allure distinguée me font d'autant plus d'effet que le léger parfum de patchouli qu'elle dégage me fait énormément d'effet. Les portes étant fermées, la gêne qui frappe si souvent les inconnus qui se retrouvent dans la promiscuité d'un ascenseur ne m'épargne pas. Et le coupable renflement de mon pantalon m'enfonce un peu plus. Elle appuie sur le 10. Dernier étage, et probablement celui de la direction, je suppose.

    Chroniques d'un employé modèle (1)C'est elle qui engage la conversation. Je ne l'aurais pas fait de toute façon. "Vous êtes nouveau ici ? Nous ne nous sommes jamais rencontrés". "En fait, je viens passer un entretien". "Je vois, bonne chance, dans ce cas". Sourires. Silence. Je rougis et mon pantalon continue à essayer de me trahir. C'est lorsqu'elle touche la bosse à travers le tissu de la braguette que je réalise que sa main s'est mise en devoir, certes avec douceur, de tenter de me mettre en confiance. Je suis pétrifié, mon cœur monte en régime. J'ai une dernière pensée pour mon entretien, et lorsque la porte s'ouvre au septième étage je l'ai déjà oublié. La jolie main aux doigts fins et agiles caresse maintenant plus fermement. Elle a même réussi à libérer mon pauvre sexe comprimé au moment où nous reprenons notre ascension. L'élégante personne me branle. Ici. J'ai de toute façon oublié où je suis.

    Deux hommes en costume cravate attendent au dixième. Lorsque l'ascenseur ouvre ses portes, ma bienfaitrice est accroupie. Sa jupe est retroussée autour de sa taille. Ses si jolis doigts s'occupent maintenant de son sexe à elle, avec un léger bruit de clapotis qui en dit long sur le plaisir qu'elle a à m'engloutir dans sa bouche. Les deux hommes restent immobiles. Je les regarde avec un sourire crispé. Le spectacle ne dure que quelques secondes. Notre course reprend, vers le bas cette fois, abandonnant à leur hébétude nos deux spectateurs. Lorsque nous arrivons au quatrième étage, où notre cabine a apparemment été appelée, la dame s'est relevée et a repris mon membre en main. J'ai dû défaire quelques boutons de son chemisier pour accéder à sa poitrine. Mes lèvres rencontrent les siennes, mes mains glissent sur ses seins. Nos langues se mêlent, ses tétons roulent entre mes doigts. La porte s'ouvre sur deux nouveaux cadres tirés à quatre épingles, mais l'un d'eux est cette fois une femme. La créature est blonde platine et ses longues boucles tombent sur un chemisier de soie noir avec lequel elles contrastent admirablement. Elle porte un pantalon gris qui met en valeur un tour de taille inversement proportionnel à celui de son exceptionnelle poitrine. A nouveau, nous reprenons notre course sans que ces braves gens n'aient pu embarquer.

    Nos gémissements sont étouffés par ce long baiser gourmand qui n'en finit pas. Il ne s'interrompt même pas quand je pars à l'assaut de son vagin, délaissant un instant l'un de ses sein pour guider mon sexe dans le sien. Il est chaud, humide et grand ouvert. Lorsque les portes s’écartent, je reconnais mes deux cadres, supérieurs ne serait-ce que parce qu'ils résident au dixième étage où ils nous ont à l'évidence rappelés. Ils n'ont pas bougé depuis que nous les avons laissés quelques instants plus tôt, mais sont en train de se masturber avec ferveur devant le nouveau spectacle particulièrement indécent que nous leur offrons. J'ai la honteuse mais bien agréable impression d'être l'acteur d'un peep-show improvisé. Nous redescendons. Ma belle partenaire plaque ses mains de part et d'autre de la porte et se cabre de façon à m'offrir son superbe postérieur. Quelques caresses, et je la réinvestis alors que nous arrivons au quatrième où j'imagine que deux autres personnes sont restées sur leur faim. La plantureuse blonde et son compagnon sont toujours là et nous font miroir, le hasard ayant voulu qu'ils adoptent la même position que nous. Les deux imposantes mamelles blanches se balancent frénétiquement hors du chemisier noir. Malgré les coups de boutoirs qui les agitent, les deux femmes parviennent à se saluer à pleine bouche, couvrant de salive leurs mentons et le rouge de leurs lèvres dans la violence de ce baiser furieux.

    La cabine nous emporte à nouveau et s'ouvre pour la troisième fois sur nos admirateurs du dixième. Ma compagne de voyage, maintenant agenouillée, m'a vivement reprise en bouche afin d'obtenir son dû en liquide. Les deux hommes s'avancent dans l'encadrement et l'un d'eux arrache la jeune femme à son ouvrage en la tirant par sa queue de cheval. Les deux pénis gonflés, nerveusement secoués par leurs propriétaires, expulsent presque simultanément leur abondante semence sur son impeccable tailleur et son chemisier qui n'a désormais plus rien d'immaculé. A peine troublée, la goulue reprend notre tête à tête alors que l'ascenseur se referme sur notre duo en sonnant, contrarié d'avoir été maintenu ouvert un peu trop longtemps. Le voyage continue, et le spectacle qui nous apparaît au quatrième étage l'inspire : tout contre la porte qui finit de s'ouvrir, la blonde platine a glissé ses mains sous ses seins, les offrant comme sur un plateau à son partenaire. Ce dernier se masturbe en annonçant qu'il est prêt  à en finir. Ma belle m'attire sur le seuil, se place entre lui et moi face à sa collègue, et se saisit de nos deux membres. Haletante, elle fixe ses deux belles mains en train de nous branler, entrechoquant parfois nos deux glands. L'homme explose le premier ; je le suis après quelques secondes. La généreuse agenouillée masse ses seins, inondés de sperme blanc et poisseux. D'insolentes trainées se détachent sur son élégant chemisier noir. L'ascenseur, qui n'ose refermer ses portes sur moi, laisse retentir sa sonnerie.

    J'appuie sur le 7. Ma bienfaitrice de ce début de matinée réajuste sa tenue, apparemment peu embarrassée par les pourtant très visibles tâches blanchâtres qui sont en train de sécher. Alors que la cabine s'ouvre une dernière fois pour me laisser définitivement sortir, elle me tend sa jolie main pour me saluer. "Vous allez voir, tout va bien se passer. Et je suis sûre que vous vous plairez ici"...

    Il est 9h30, et je suis en retard.

     

    Note : ce premier chapitre, comme quelques autres parmi les suivants, a déjà été posté sur deux forums sous les mêmes titre et nom d'auteur. Ne soyez donc pas surpris si ce texte vous dit quelque chose...

     

    1 commentaire
  • Histoire"Madame Leray va vous recevoir". L’assistante de la directrice du Département des Ressources Humaines se lève et m’invite à faire de même. Son rouge à lèvre carmin, seule touche de couleur se détachant de cette charmante personne toute en noir et blanc, habille son rayonnant sourire en sensuelle invitation. Ses interminables jambes gainées de nylon noir reposent sur de non moins interminables et non moins noirs talons aiguilles vernis. Une épaisse chevelure, noire également, tombe en larges boucles sur ses épaules. Les rayures noires et blanches de son chemisier allongent encore sa fine silhouette, bien équilibrée toutefois par la généreuse poitrine qui tend le tissu soyeux et par le ferme derrière moulé par sa jupe, noire toujours, qu’elle offre à mon regard en se retournant pour gagner la porte. Elle s’efface pour me laisser entrer et m’abandonne à mon sort.

    "Asseyez-vous, je vous en prie". Madame Leray se tient debout à côté de son bureau. Elle est blonde, les cheveux courts et coiffés en arrière. Elle porte un tailleur pantalon noir à fines rayures grises et une chemise blanche dont le col s’ouvre sur un carré Hermès. Un geste de la main complète ses brèves paroles de bienvenue, m’indiquant un confortable fauteuil. Je m’assois et l’élégante bourgeoise quinquagénaire m’imite, s’installant face à moi de l’autre côté de la table basse en verre sur laquelle repose un dossier que j’imagine être le mien. Elle croise les jambes, me fixe intensément quelques secondes avec ses grands yeux bleus, et chausse une paire de lunettes à monture métallique pour examiner de plus près les quelques pages qui résument mes références professionnelles. On frappe à la porte.

    "Le livreur de la teinturerie, madame". L’assistante introduit un homme athlétique, vêtu d’un jean et d’un polo blanc. Il porte sept ou huit cintres métalliques auxquels sont pendus des tailleurs ou des chemisiers protégés par des housses plastiques transparentes. Il s’avance dans la pièce, passe derrière le bureau de la directrice et ouvre un placard qu’il connaît à l’évidence déjà. Il y range précautionneusement les élégantes tenues qu’il transporte, referme la penderie et vient se placer aux côtés de mon interlocutrice dont l’attention reste toute acquise aux pages qu’elle feuillette. Sans détourner le regard, elle lève sa main libre dont l’index autoritaire s’agite nerveusement de haut en bas pour signifier que la fermeture éclair qu’il pointe ne devrait pas rester fermée. L’homme s’exécute, ouvre sa braguette, et en extrait un sexe énorme qu’il se contente de laisser pendre. Les doigts de la directrice glissent dessus comme sur la tête d’un chat qu’on caresse machinalement.

    Chroniques d'un employé modèle (2)"Bien". Ce mot marque la fin de la lecture. Les yeux bleus se fixent à nouveau sur moi. Si l’attention de Géraldine Leray semble maintenant entièrement portée sur ma personne, la réciproque n’est pas complètement vraie. Mon regard est attiré par le va et vient régulier de son avant bras. La souplesse de son joli poignet permet d’imprimer un léger mouvement rotatif dans cet exercice de masturbation que j’imagine des plus agréables. Madame a du doigté, et le membre du livreur présente désormais une raideur lui permettant de tenir seul à l’horizontale. Les questions sur mon CV et mes motivations s’enchaînent de façon très classique, et je me dois de faire quelques efforts pour tenter de demeurer impassible devant le surréaliste de la situation. Mon cœur bat la chamade sous mon costume, et le renflement de mon entrejambe prend malgré toute ma bonne volonté un volume aussi important que gênant. Comme il est impoli et, il faut bien le dire, peu pratique de parler la bouche pleine et les mâchoires grandes ouvertes, l’entreprenante directrice profite des instants que je consacre à lui répondre pour engloutir l’objet disproportionné de son travail manuel.

    "Excusez-moi un instant". Elle dépose ses feuillets sur la table et abandonne un instant l’indécent pénis qui reste au garde à vous pour baisser sa propre braguette. Son tailleur doit avoir un intéressant sens pratique, car la fermeture semble courir inhabituellement loin entre ses jambes. Ses genoux s’écartent pour se caler sur les accoudoirs du fauteuil, offrant à mon regard hébété un superbe abricot duveteux et moite semblant reposer sur le tissu noir du pantalon qui habille ses cuisses grandes ouvertes. Elle dépose ses lunettes sur mon dossier et pointe une nouvelle fois son index autoritaire, cette fois dans ma direction. Je m’exécute. Pour la deuxième fois depuis que j’ai pénétré dans cette société ce matin, mon sexe bondit, fier et droit hors de son nid. Lui aussi veut faire bonne impression, et je ne peux faire autrement que de le prendre en main devant le spectacle qui s’offre à moi : la dame est toujours dans la même position, mais elle a profité des quelques secondes nécessaires à l’extraction et à l’exposition de mes attributs pour laisser le serviable teinturier s’installer entre elle et le fauteuil. Vautré dans le cuir luxueux, l’heureux homme la laisse guider son membre dans un vagin luisant d’humidité. Elle assure sa position assise confortablement pour reprendre l’entretien, comme si de rien n’était.

    "J’aime mener ce genre de discussion sous pression. Je dois dire que j’apprécie votre capacité à garder votre sang froid et à vous concentrer sur notre conversation". Elle ajoute, avec un petit sourire gourmand : "Notez que la façon que vous avez de vous occuper de votre beau pénis laisse présager une excellente intégration dans notre organisation". L’entretien continue, à bâtons rompus. Dans sa position, je peux seulement distinguer les bras et les jambes du livreur zélé. Il prend à l’évidence un certain plaisir à s’acquitter de sa tâche, à en juger par la nervosité avec laquelle ses mains, passées sous les aisselles de sa partenaire, agrippent et malaxent la poitrine managériale à travers la veste de son tailleur et son chemisier. L’énorme piston va et vient sur toute sa longueur, déposant en écumes blanches sur les lèvres qui l’enfournent le trop plein de lubrifiant féminin naturel. Je me surprends à travailler mon propre engin sur le rythme régulier qu’il impose. Alors que l’entrevue se conclue, le teinturier interrompt grossièrement notre discussion en gémissant. D’un geste rapide et maladroit, il a tout juste le temps de s’extraire pour expulser dans les airs, à la manière d’un geyser, d’impressionnants jets de sperme qui retombent en éclaboussures sur l’élégante mise de sa cliente. L’assistante entre alors, un document à la main.

    Chroniques d'un employé modèle (2)"Il manque un paraphe sur votre contrat. Si vous voulez bien"... Elle a posé le dit contrat sur le bureau, et je dois me lever pour m’approcher. Mon sexe reste à l’air libre ; il n’a de toute façon ni l’envie ni les moyens de rentrer dans son étroit logis. L’entretien s’arrête donc là. Madame Leray s’est levée. De nouvelles rayures, épaisses et blanches, se sont ajoutées à celle de son tailleur. De larges tâches luisantes maculent son chemisier, et une grosse goutte blanchâtre s’étire en tombant de son carré Hermès. J’ai à peine le temps de constater que mon contrat est déjà dûment signé que la charmante secrétaire qui se tient à mon côté empoigne le gros stylo toujours à disposition hors de ma braguette. Il lui suffit de le remonter trois ou quatre fois pour qu’il expulse à son tour son encre sur le papier. La responsable du Département des Ressources Humaines est en sous-vêtements. Le teinturier jette un dernier regard à l’élégante femme, à ses dessous de dentelle beige, ses bas couleur chair et ses talons hauts noirs, puis prend congé, emportant en professionnel consciencieux les vêtements qu’il a lui-même souillés. Mes dernières gouttes tombent sur le précieux document. Je mets quelques secondes à reprendre mes esprits, et émergeant de la douce torpeur qui suit la jouissance, je me rhabille en rougissant. L’assistante semble satisfaite de la volumineuse et poisseuse signature qui s’étale sur le papier. Elle me sourit et s’éclipse.

    Ma désormais supérieure hiérarchique ne s’est à aucun moment déparée de son allure distinguée, et j’admire autant en mon for intérieur sa fougue perverse que son professionnalisme. En boutonnant la veste croisée du tailleur jupe gris qu’elle vient d’enfiler, elle me sert la main. "Soyez le bienvenu parmi nous. Je pense que nous ferons de l’excellent travail ensemble"...

     

    1 commentaire
  • HistoireJe saisis le premier dossier de la pile qu’Aurélie, l’assistante de notre Département des Ressources Humaines, vient de déposer sur mon bureau.

    Je me laisse aller dans mon fauteuil pour parcourir les quelques feuillets qui relatent les commentaires et les conclusions d’un entretien annuel. Cela fait partie de mon nouveau travail : compiler les informations concernant le personnel de l’Entreprise, les mettre à jour dans une base de données, produire des statistiques, assurer les suivis de carrière… C’est ce qu’on appelle la gestion de ressources humaines, et je dois dire qu’elle prend ici une dimension toute particulière dont on m’a donné un très bon aperçu à mon arrivée. Tous ces dossiers que je me dois d’éplucher parlent de compétences, de performance, d’évolution, et dans tous les domaines. On y évoque même la taille d’un pénis ou le volume d’une poitrine, la qualité d’une fellation ou la capacité à enchaîner les pénétrations. Contre toute attente, il n’y a rien de sexiste ni de discriminatoire là-dedans. Ces informations sont présentées avec le même objectif que les autres : évaluer les employés, leur intégration dans une équipe, leur travail et la manière dont ils l’accomplissent. « Le cul, c’est aussi important dans le relationnel professionnel » comme le dit Anne, la jeune fille qui partage mon bureau. A 25 ans, cette petite rousse à lunettes et sa queue de cheval occupent ici depuis un an leur premier poste. Brillante, zélée et particulièrement décomplexée, Anne est une personne sociable, habitée jusqu’au bout des tétons de sa plantureuse poitrine par un sens de l’humain aussi généreux que pervers. Mon regard s’attarde un instant sur son visage. Elle se concentre sur son écran, je me replonge dans mon dossier.

    Géraldine Leray entre dans la pièce et nous salue. Nous lui répondons tous les deux. La directrice se dirige vers mon bureau et Anne se remet à son ordinateur, puisque ce n’est apparemment pas d’elle que la patronne a besoin. Géraldine est définitivement une personne d’une grande élégance. Au-delà de sa tenue, c’est dans sa façon d’être, sa démarche, ses attitudes, sa voix, son vocabulaire. Elle porte un tailleur marron. Veste croisée. Jupe droite. Elle s’installe dans le fauteuil qui me fait face. « Restez assis, je vous en prie », ajoute-t-elle. Je crois percevoir dans sa voix une petite pointe de sarcasme qui pourrait être tout à fait justifiée : j’aurais en effet bien du mal à me lever alors qu’Aurélie, à genou entre mes jambes, engloutit mon pénis. Les boucles de sa belle chevelure noire ondulent sur ses épaules et sur le pantalon de mon costume gris. Elle s’interrompt un instant, se redresse, prend le temps de m’offrir un charmant sourire et une vue imprenable sur ses seins, libérés du chemisier noir anthracite dont quelques boutons ont été judicieusement défaits. Sa main droite, experte masturbatrice, maintient fermement mais agréablement ma raideur. Ayant repris son souffle, elle se remet à l’ouvrage, proposant au regard bleu de Géraldine les formes rebondies de sa superbe croupe emprisonnée dans une jupe blanche tendue à craquer. Je sens ses lèvres rouges se resserrer autour de ma verge avec un léger bruit de succion. Le mouvement de va et vient redémarre, accompagné par ses doigts taquins. « J'aurais aimé faire avec vous un premier bilan de l'ensemble des entretiens », commence la directrice. Désignant de la main les documents empilés sur mon bureau, elle ajoute : « je sais qu'il vous en reste quelques-uns à éplucher, mais je voudrais avoir une première idée pour le Comité Exécutif de demain ». Elle s’enfonce dans le fauteuil, prête à écouter ma présentation.

    Les chiffres et les points clefs noircissent mon tableau blanc au fur et àChroniques d'un employé modèle (3) mesure que mon exposé avance. Madame Leray écoute avec beaucoup d'attention, pose des questions, commente. Ses jambes écartées sont passées par dessus les accoudoirs et l'un de ses escarpins noirs est tombé sur la moquette. La veste du tailleur baille et ouvre un décolleté des plus profonds. La jupe, retroussée autour de sa taille, dévoilerait dans toute sa splendeur une chatte bien baveuse si elle n'était pas masquée par Aurélie qui a pour la circonstance changé d'entrejambe. Professionnelle et efficace, on dit que, non contente d'être trilingue, cette assistante chevronnée est aussi à l'aise dans le domaine de la fellation que dans celui du cunnilingus. « Une chatte bien baveuse » : les mots raisonnent dans ma tête et dans mon sexe qui tressaille. Dur et droit, il reste fièrement à l'horizontale hors de la braguette de mon pantalon alors que je continue à parler. Je rassemble mes idées comme je peux. Ma chef semble rester impassible malgré Aurélie qui se dandine entre ses cuisses. De l'autre côté de la pièce, Anne reste concentrée sur son clavier et son écran, apparemment hermétique à l'exercice technico-sexuel auquel je suis soumis.

    « Parfait. Bon travail ». Sur cette laconique appréciation, Géraldine se lève. Son sexe m'apparaît enfin pour quelques instants dans sa provocante nudité. Humide. Dégoulinant. L'élégante femme réajuste sa tenue et se rechausse. Aurélie se met debout à son tour, reboutonne son chemisier et se passe la main dans les cheveux. En sortant, la directrice lâche ses dernières instructions : « le mieux serait de finir votre synthèse pour la réunion de demain ». Marchant sur ses talons, l'assistante me lance une dernière œillade complice, et referme la porte.

    Chroniques d'un employé modèle (3)Je reste bouche bée devant mon tableau. Confus. Le pénis au garde à vous. Anne quitte son poste et vient se planter devant moi, les poings sur les hanches. Elle porte un chemisier rose pâle sans plis, au col et aux manchettes impeccablement repassés, suffisamment ample pour contenir sa forte poitrine. Sa mise de première de la classe binoclarde est complétée par une jupe droite noire moulant ses jolies cuisses et sa taille de guêpe. « Ne t'inquiète pas, je vais t'aider. Je les connais, ces dossiers, et on aura vite fini ta note d'ici ce soir ». Ses paroles me rassurent, bien que mes idées aient toujours un peu de mal à se mettre en ordre. Elle soupire. « Tu es décidément un grand sensible... Bon. Je te vide les couilles et on s'y met ». Tout en parlant, elle déboutonne son chemisier, en extrait ses deux magnifiques mamelles et s'agenouille. Elle avale ma raideur sans préliminaires, la pompe en la branlant et guette mon orgasme en levant vers mon visage ses beaux yeux verts. Ils me fixent avec intensité par dessus ses lunettes qui ont glissé sur le bout de son nez. « Allez, jouis », semble-t-elle me dire. Quand Anne suce, elle est efficace. Comme dans son travail. Le geste est précis, le rythme soutenu. La bouche happe, la langue caresse. On ne peut que se laisser emporter sans pouvoir résister. Aurélie, elle, est toute en douceur, toute en nuances. Langoureuse. Elle joue, accélère ou ralentit au gré des soubresauts de l'engin qu'elle dompte. Montre-moi comment tu suces, je te dirais qui tu es...

    Anne perçoit le sifflement de l'air qui s'échappe entre mes dents et la crispation qui s'empare de tout mon corps. Mes yeux se ferment. Elle a tout juste le temps de se redresser, maintenant sa main sur mon sexe qui expulse en jets saccadés l'épais sperme blanc. Les trainées blanchâtres et visqueuses zèbrent sa poitrine. Ses doigts branlent frénétiquement le membre mollissant pour lui faire cracher ses dernières gouttes. Elle se relève, exposant sans honte ses attributs mammaires souillés, réajuste ses lunettes, frappe dans ses mains et lance en souriant : « au boulot » !

    J'éteins mon ordinateur et repose le dernier dossier sur la pile. Je n'ai pas vu passer la journée, et je dois dire que nous avons été particulièrement performants, Anne et moi. Je commence à lui trouver beaucoup de qualités, à cette culture d'entreprise...

    aucun commentaire
  • HistoireUn homme entre. Les pas résonnent sur le carrelage.

    Il s’arrête à côté de moi, face au mur de faïence blanche. Mes yeux se baissent vers l’urinoir dans lequel je suis en train de me soulager, gêné comme on peut l’être quand un inconnu vient interrompre votre confortable solitude dans une cabine d’ascenseur. Il ouvre sa braguette. Du coin de l’œil, je le devine de taille moyenne, plutôt élancé, blond. Il porte un costume gris, une chemise blanche et une cravate bordeaux. Il fait un pas en arrière. Je n’ai pas le temps de me dire qu’il en a bien vite terminé qu’il fait un second pas, sur le côté cette fois. Il est juste derrière moi. Un léger frisson me parcourt, et je me fige. Il est tout près. Très près. Je le sens, je l’entends respirer. Les pans de sa veste frôlent la mienne. Son bras gauche passe le long de mon flanc, et le léger bruit de frôlement du tissu vient se superposer dans mes oreilles à celui, sourd, des battements de mon cœur.

    Une main fine aux longs doigts se pose délicatement sur mon sexe. IChroniques d"un employé modèle (4)l se presse contre moi, allonge encore le bras pour mieux se saisir de ma virilité timidement flétrie en ces circonstances. La sienne est beaucoup plus forte. Je la sens s’écraser contre ma cuisse, puis se caler entre mes fesses. Je déglutis. Des sentiments mélangés m’envahissent et m’étourdissent. Peur, curiosité, honte, excitation… Excitation… La main me saisit avec fermeté et commence son va et vient, me faisant grandir et durcir petit à petit à la force du poignet. Son corps bouge imperceptiblement contre le mien au rythme de la masturbation, langoureux. Mon cœur accélère encore. Une douce chaleur m’envahit, anesthésiant l’angoisse. Brutalement, ses deux mains agrippent mon pantalon et le baissent sèchement sur mes chevilles. La ceinture défaite n’offre aucune résistance.

    Il me saisit la nuque, me force à baisser la tête. Je perds l’équilibre, fais un petit pas en arrière et plaque mes deux paumes contre le mur pour me rattraper. L’étreinte reste ferme. Quelque chose de froid et de visqueux s’insinue dans la raie de mon derrière. La pression est désagréable. Il cherche et trouve le petit orifice dans lequel il semble vouloir faire son nid. Je sens le gel dégouliner. Il se fige un instant puis me déchire. La douleur est si soudaine et si forte que je ne puis réprimer un cri, prolongé en long râle. Il se retire doucement. J’ai la désagréable sensation que mes intestins vont se vider à sa suite, à travers mon anus écartelé. Il entre à nouveau, plus doucement cette fois, m’arrachant un nouveau gémissement. Il me saisit fermement par les hanches pour trouver son rythme de croisière. Le tissu de son pantalon vient effleurer la peau délicate de mes testicules à chaque coup asséné. La douleur persiste mais se mêle de plaisir. Il ralentit. Le baroud d’honneur est le plus violent, me choque. Je ne résiste pas à la main ferme qui s’abat à nouveau sur ma nuque et me jette au sol.

    AChroniques d"un employé modèle (4) quatre pattes sur le carrelage, je tente de reprendre mes esprits. Toujours derrière moi, sans me laisser la moindre seconde de répit, il m’empoigne par les cheveux. Je ferme les yeux, serre les mâchoires, redresse la tête. Je le sens se baisser, son torse plaqué contre mon dos. Je sens sa poitrine se mouvoir contre moi. Sa main libre se saisit de ma main droite et la porte au sexe encore dur qui pointe entre mes jambes, ne la lâchant qu’une fois le mouvement de masturbation amorcé. Je m’exécute, obéissant. J’accompagne la ferme traction qu’il exerce ensuite sur mon cuir chevelu pour me redresser sur mes genoux. Fièrement dressé hors de la braguette du pantalon de costume gris, son sexe me fait face. Un énorme gode couleur chair et luisant sur lequel il m’empale. J’ai un haut le cœur lorsque le pieu de plastique effleure ma luette. Ses deux mains plaquées sur mes tempes imposent petit à petit un rythme que ma main branleuse tente de suivre. Le bout de sa cravate bat la mesure en venant chatouiller mon front à chaque temps.

    J’essaye de lever Chroniques d"un employé modèle (4)les yeux sur mon agresseur, mais ne puis en apercevoir que la poitrine : deux magnifiques seins aux formes généreuses encadrés par la chemise blanche et la veste grise, et entre lesquels tombe le métronome bordeaux. J’explose littéralement. Les mains humiliatrices accélèrent leur mouvement et celui du piston noir qui envahit ma bouche, alors que mon sperme se répand à gros jets. La dernière goutte de ma jouissance expulsée, elles rejettent ma tête en arrière pour mieux reprendre leur emprise sur ma nuque et me jeter à nouveau à terre. Le nez dans ma propre semence. La pression s’intensifie, écrasant mon visage contre le sol. Se relâche. S’intensifie à nouveau. Jusqu’à ce que mes lèvres s’entrouvrent. J’aspire et déglutis avec peine. La pression cesse. Le calme semble étrangement revenir en moi. Les battements de mon cœur ralentissent. Et pourtant je ne bouge pas. Je respire.

    Les pas résonnent sur le carrelage. Une femme sort.

    aucun commentaire
  • « Je ne vois vraiment pas où est le problème »... Anne doit hausser la voix pour se faire entendre dans le brouhaha du RER. « Franchement, tu reconnais toi-même que tu as joui intensément et que tu as copieusement arrosé le carrelage. Je veux bien croire que c'est un peu humiliant, mais bon... Et puis tout le monde sait ça : quand madame Leray est tendue, et il y a de quoi après le Comité Exécutif d'hier, elle a besoin de se défouler. Alors avec une dominatrice de son calibre, mieux vaut ne pas traîner trop tard dans les couloirs de la boîte. Ou dans les toilettes ». Elle sourit sur ces derniers mots. Je ne dis rien. Elle n'a pas tort, je crois que c'est mon amour propre qui a le plus souffert. Encore que... Mon intimité anale reste quelque peu meurtrie. Ma collègue rompt le silence. « Tu n'es pas venu en voiture, aujourd'hui » ? « Non... Je devais la faire réviser »... Je ne m'étends pas plus, et notre conversation se retrouve à nouveau au point mort. Le wagon est plein à craquer en cette fin d'après-midi. Nous venons de passer la Défense, à l'heure où cadres et employés de bureau quittent leur tour pour l'étouffante promiscuité des transports en commun. Anne et moi sommes quasiment plaqués l'un contre l'autre par la foule qui nous entoure. Je lève les yeux comme si c'était la seule échappatoire pour fuir son regard. Cela semble l'amuser...

    Elle glousse. Se trémousse légèrement. « Qu'y a-t-il » ? En guise de réponse, je n'obtiens qu'un petit mouvement de sa tête m'invitant à regarder un peu plus bas. Deux mains sont plaquées sur sa poitrine et semblent s'agripper à la veste de son tailleur vert sombre. Leur entretien impeccable, des manchettes blanches fermées par de distingués boutons carrés argentés sortant d'un costume noir trahissent l'élégance du propriétaire de ses effrontées baladeuses. Les doigts malaxent lentement. Ma rousse collègue paraît s'amuser de la situation, sans gêne aucune. Je lève les yeux pour démasquer l'homme et compléter son portrait. Il se tient derrière elle calme, impassible. Brun, la raie sur le côté. Porte des lunettes et une cravate violette. Je le fixe, il ne me voit pas, apparemment perdu dans ses pensées comme la plupart des gens autour de nous. J'imagine les siennes lubriques... Anne fait un mouvement brusque qui ramène mon attention sur elle. Les deux mains viennent brutalement d'ouvrir les pans de sa veste et de son chemisier dont quelques boutons ont probablement été arrachés. Le col blanc ouvert sur les revers de son tailleur offre maintenant un décolleté indécent dégageant son imposante poitrine. Je ne peux m'empêcher de lâcher une remarque teintée d'un soupçon de reproche : « tu aurais pu mettre un soutien-gorge »... Elle soupire, agacée.

    Anne ne semble pas particulièrement mal à l'aise bien que, telles deux araignées vicieuses, les mains s'affairent. Les tétons dressés roulent entre les indexes et les majeurs, les seins plantureux se déforment sous les paumes masseuses. « Et quand je dis que la chef a besoin de se défouler, ça n’a rien à voir avec ton travail. D’ailleurs elle a encore dit tout à l’heure que tes dossiers étaient »… Je l’interromps, un peu abasourdi : « excuse-moi, mais j’ai du mal à parler boulot avec quelqu’un qui est en train de se faire peloter devant tout le monde ». Elle me dévisage un instant et reprend d’un air taquin : « mais c’est qu’il bande, le coquin ! Et pour ta gouverne, je sens aussi des mains courir sur mes cuisses… ». Puis, haussant la voix par provocation : « je vous en prie messieurs, retroussez donc ma jupe ; j’aimerais tant vous laisser profiter de mes bas et de ma peau »… Je rougis. Mon regard balaye la plateforme saturée de monde. Personne ne réagit. J’essaie de reprendre mes esprits, mais des doigts curieux se mettent à tâter ma braguette pour confirmer mon érection. « Anne, tu exagères » ! A peine ai-je lâché ces quelques mots que je réalise que les mains de ma perverse collègue n’ont rien à voir avec cette impertinente caresse. Elles sont déjà bien occupées à masturber deux énormes sexes masculins dont elles font glisser le gland décalotté contre le haut des bas maintenant dévoilés. La jupe remontée autour de la taille est reléguée au rang de ceinture, ce qui me permet de constater que, comme souvent, cette incorrigible cochonne ne porte pas de culotte.

    Le parfum de patchouli qui se dégage de ma voisine de gauche m’enivre. J’adore cette odeur. Mon visage s’est rapproché de sa nuque lorsqu’elle a avancé son épaule droite devant mon bras gauche, à l’occasion d’un cahot du train. Le même mouvement lui a permis d’accéder à mon entrejambe. La délicatesse de ses caresses ne laissant aucun doute sur la qualité de la dame, je baisse ma braguette et laisse sortir mon pénis. Elle l’empoigne immédiatement avec la ferme intention d’entretenir sa raideur. Ma main se laisse descendre le long des hanches de l’impudente et part à la découverte de sa croupe. Sous le tissu tendu de la jupe, je sens des fesses fermes et des formes que j’imagine parfaites. Je ferme les yeux et hume les boucles de la chevelure noire qui tombe sur son tailleur beige. Ma virilité continue de s’épanouir entre ses doigts. Un gloussement d’Anne me tire de la douce torpeur dans laquelle je commençais à me délecter. Son travail manuel a porté ses fruits : le sperme gicle sur ses deux cuisses, et coule le long de ses bas en longues trainées blanches. Mon sexe bondit entre les doigts de ma bienfaitrice. Ma respiration s’accélère et mon excitation ne cesse de croître. Ma main exploratrice agrippe le tissu, fait remonter la jupe petit à petit, repli après repli, jusqu’à ce que je sente enfin la douceur de la peau de ces désirables fesses. L’inconnue marque un temps d’arrêt. Puis reprend la masturbation. Anne gémit doucement en apercevant ma glorieuse érection. Elle s’en pourlèche les babines, la garce…

    Des bras que je devine nombreux écartent et soulèvent les cuisses de la perverse rouquine, exposant à la hauteur de mon entrejambe son impudique chatte détrempée. J’aurais bien aimé vérifier aussi, au moins au touché, la moiteur de mon agréable voisine, mais celle-ci décide de se soustraire à mon investigation. Elle se glisse derrière moi. Je la sens se plaquer contre mon dos, le menton posé sur mon épaule. Son bras glisse sous le mien et sa main atteint mon sexe dressé pour une dernière caresse. Elle se presse encore contre moi, répondant à l’élan de cette foule compacte dont l’objectif semble être de gagner encore un peu de place en m’emboitant avec ma collègue. « Et, zou, bien au fond ! », s’amuse cette dernière alors que je m’enfonce brutalement dans son intimité. Son vagin est à tel point dilaté que ma verge le pénètre sans le moindre effort dans une tiède sensation de moiteur. Il s’agit plutôt d’une franche humidité, en fait. Que dis-je, une inondation ! Comment peut-on couler autant ? Ses cris traduisent eux aussi l’intensité de sa jouissance : ils marquent le rythme de mes saillies, lui-même imprimé par la foule qu’entrainent les mouvements du train. Ma douce inconnue dépose de doux baisers dans mon cou et laisse glisser son souffle sur ma peau. Je m’abandonne à mon plaisir. Anne s’abandonne de plus en plus bruyamment au sien. Le reste du wagon va se poser des questions…

    Je serre les dents. Mon sexe se durcit encore. Anne le sent, je vais jouir. Elle se dégage d’un coup de rein, repousse en se débattant les gens qui l’enserrent et la soutiennent, puis tombe à genou devant moi. Sa main s’empare de mon pénis poisseux. Je baisse les yeux pour découvrir trois, non, quatre autres engins au comble de leur raideur, branlés à l’unisson par leurs propriétaires respectifs. La jeune RH aux gros seins est une experte et son jeu de poignet, parmi les multiples talents sexuels que l’entreprise lui reconnaît, est incontestablement exceptionnel. J’explose. La gourmande recueille une partie de ma semence dans sa bouche grande ouverte, mais l’essentiel des jets saccadés blanchâtres vient s’abattre sur son visage. Je ressens quelques éclaboussures sur mon bas-ventre, inévitables dommages collatéraux dus à l’arrosage des autres lances à sperme qui ont pris mon indécente collègue pour cible. Les yeux fermés, les paupières engluées, Anne sourit, laissant couler entre ses lèvres et sur son menton luisant le fruit de sa récolte. Sa poitrine n’a pas été épargnée. Son tailleur non plus. Je balaye le wagon du regard ; les visages restent impassibles. La foule compressée continue de se balancer mollement avec le RER.

    Je dois me frayer un passage jusqu’à la porte pour descendre du train. Mon inconnue brune aux cheveux bouclés et à la tenue beige me suit. Je découvre enfin son visage : de jolis yeux noisette et un magnifique sourire qui rendrait sa joie de vivre au plus triste des hommes. « Vous devriez le rentrer, vous savez »… Elle a raison : mon sexe pend toujours hors de ma braguette. Je le fais disparaître prestement dans mon pantalon et remonte la fermeture éclair. Je rougis. Nous rions tous les deux, et je me demande si Anne s’en tiendra là. Après tout, il lui reste vingt bonnes minutes de trajet dans ce wagon…

    Je me suis ainsi fait une nouvelle amie. Elle s’appelle Patricia. Nous habitons le même quartier et nous travaillons dans des immeubles voisins. C’est entendu, dès que ma voiture sera révisée, je passerai « la prendre » le matin. Le double sens la fait rire…

    aucun commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique